Tête à tête avec Marion Richon

 

   Aujourd’hui c’est le retour de la catégorie Tête à tête imbriquée dans mon blog depuis quelques mois. J’ai eu la chance de discuter avec une sympathique française nommée Marion Richon qui a publié son premier livre il y a peu de temps.

   Marion Richon est originaire d’Albertville en à France, une ville située tout près de Grenoble. Elle obtient son bac en Lettres (communément appelé bac L) et étudie maintenant à l’Université de Jacob-Bellecombette en Information et Communication. Elle était âgée de seulement 18 ans à la sortie de son premier livre, Résurrection, publié chez les Editions Edilivre. Son livre est rempli de texte qu’elle a écrit au cours de l’année 2015. Ce qui l’a avant tout fait connaître est son blog Marion Dit Plus Rien sur la plateforme WordPress qui cumule à ce jour plus de 17 000 visites. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook ou encore sur son Twitter où elle est très active. Vous pouvez aussi vous procurer son livre sur Amazon au raisonnable prix de 11 euros (environ 16 dollars canadiens).

Pourquoi avez-vous décidé de créer le blog «Marion Dit Plus Rien» ?

   «J’ai décidé de créer Marion Dit Plus Rien en mai 2015. Essentiellement pour poster les textes que j’écrivais « pour moi » de base, mais aussi pour poster un peu de lifestyle, etc. Je voulais un blog qui me ressemble de A à Z, un fourre-tout intéressant, un pêle-mêle de sujets. Le pseudo, c’était justement un paradoxe. Je trouvais ça cool, pour un blog d’écriture !»

Quel(s) sentiment(s) vous procure l’écriture ?

   «L’écriture m’apaise énormément et m’apporte un sentiment de satisfaction. J’écris uniquement des textes, alors souvent, les idées bouillonnent, bouillonnent, jusqu’à ce que l’inspiration soit vraiment là. Du coup, quand elle est là, je suis plutôt contente ! L’écriture permet aussi d’apaiser les mots, de poser les mots.»

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ?

   «D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours écrit, même quand j’étais enfant. J’écrivais des poèmes sans aucuns sens, puis ado, j’ai commencé à écrire des histoires, que je laissais tomber au bout de vingt pages. Je dirai que la « vraie » écriture a commencé à me coller au corps il y a maintenant presque 2 ans. J’avais besoin extérioriser des choses, et au delà de ça, c’est le côté créatif qui me plaisait. À l’heure d’aujourd’hui, avec le blog et après la sortie de Résurrection, ce qui me pousse aussi à écrire c’est les réactions des gens.»

Il y-a-il quelqu’un qui vous inspire ? 

   «Il n’y a pas quelqu’un en particulier qui m’inspire, puisque je peux écrire sur tout le monde, et sur n’importe quoi, tout dépend de mes envies et de mes idées ! La nature, les états d’âme et les couleurs du ciel m’inspirent énormément !»

Bien que celle-ci ne fait que débuter, de quoi êtes-vous le plus fière dans votre carrière d’écrivaine ?

   «Ce dont je suis le plus fière, c’est surtout d’avoir réussi à accomplir ce projet, ce rêve que j’avais déjà lorsque j’étais gamine. « Un jour, j’écrirai un livre! » Et puis, je me dis que je suis encore vraiment jeune, vu que j’avais 18 ans lorsqu’il est sorti, alors j’avoue, je suis fière de ça, aha.»

Quels sont vos projets futurs ?

   «Pour ce qui est de mes futurs projets, j’aimerai vraiment réussir à lancer le blog correctement, histoire d’en faire peut-être, un jour, mon activité principale. Et sinon, je peux aussi vous dire que le deuxième recueil est en cours, dans mon ordinateur portable, et qu’on peut prévoir une sortie en 2017, même si je suis encore incapable de donner une période précise !»

   Pour terminer, j’aimerais vous laisser sur un extrait du texte que je préfère sur son blog. Ce texte se nomme À toi qui n’existe pas encore qui est en quelque sorte un texte que Marion destine à son futur enfant. Voici un extrait qui touche droit au coeur: « Je te dirai que les gens trouveront étrange que tu n’ai pas de papa, alors je te dirai qu’on s’en fiche de ce que pensent les gens. Peut-être que tu grandiras en moi, peut-être que je viendrai te chercher dans un orphelinat où les employés parleront une langue que je ne connais pas. Tu te blottiras contre moi, je prendrai ta main en te disant de ne pas avoir peur parce que je t’ai toujours voulu, et que je t’aimais déjà alors que tu n’existais pas.»

Publié dans : Tête à tête |le 24 juillet, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Kwiky ~ Fiction |
A l'encre de mes mots ... |
Lestilleulsmentent |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Imagines1d5s0slm
| Blood inside and outside th...
| Les Chemins de l'Apoca...